Actualités / Conseils petite enfance

Comment gérer la phase d’opposition de l’enfant ?

13 Mars 2019
Comment gérer la phase d’opposition de l’enfant ?

Jusqu’à l’âge de 18 mois environ, le tout-petit se voit comme le prolongement de ses parents, il lui faut du temps avant de dire « je ». Afin de se construire et de s’affirmer en tant qu’individu, il doit se détacher de ses parents et commence à s’opposer à eux en disant souvent « Non ! ».

Comprendre cette période d'opposition

L’enfant expérimente le monde par lui-même et cherche donc à déterminer ses goûts et ses limites. Le refus qu’il affirme lui permet ainsi de sortir de la passivité en ne cédant pas à votre demande. Son désaccord lui permet de prendre son temps pour décider par lui-même s’il souhaite ou non quelque chose. Il grandit et commence à faire des choix pour affirmer son identité. Il est important de le laisser exprimer son refus et de montrer que vous le prenez en compte, même si vous maintenez votre décision. Laisser son enfant exprimer son opposition c’est aussi le laisser grandir.

Comment réagir face au "non" de l'enfant ? 

Pas de panique ! Cette période d’opposition peut être troublante mais c’est une étape tout à fait normale dans le développement de l’enfant.

Quelques astuces à adopter :

  • Expliquez toujours vos interdictions de manière calme et ferme. Ne cédez pas : l’enfant doit savoir que vos « oui » et « non » sont bien réels. Toutefois, ne confondez pas autorité et rigidité : vous pouvez céder pour lui faire plaisir de temps en temps, quand la situation n’est dangereuse ni pour lui ni pour vous. Ainsi, votre tout-petit apprend l’échange et comprend qu’on le respecte dans ses désirs.
  • Soyez attentif aux signaux qui peuvent facilement mener à des difficultés : fatigue, excitation, faim…
  • Laissez-le faire des choix sur des petites choses du quotidien pour commencer à le responsabiliser et lui donner confiance en lui.
  • Prévenez-le à l’avance qu’un changement est imminent : l’enfant a besoin de périodes de transition plus longues que l’adulte entre deux activités et s’oppose plus facilement en cas d’imprévu.

Nos dernières actualités / Conseils petite enfance